Yaron Herman

Naissance

12 Juillet 1981, Israel

Biographie

Jeune virtuose israélien né à Tel-Aviv le 12 juillet 1981, le pianiste Yaron Herman émerge de la scène jazz parisienne et subjugue tant par son jeu fougueux que par sa maturité musicale et sa technique personnelle. Après avoir réalisé un album solo intitulé Variations (2006), il se présente en trio avec le contrebassiste Matt Brewer et le batteur Gerald Cleaver sur les disques A Time for Everything (2007) et Muse (2009), où il se plaît à revisiter audacieusement quelques tubes pop. Sans complexe, le trio reprend aussi bien Radiohead que Nirvana dans l'album suivant Follow the White Rabbit (2010). Deux ans après sort Alter Ego, dans lequel le trio d'origine se transforme en quintette. Sur Everyday, pubié par Blue Note en 2015, c'est accompagné de son fidèle partenaire, le batteur Ziv Ravitz, que Yaron Herman se distingue en duo. Deux ans plus tard, sur son neuvième album en leader, Y, il convie au chant Matthieu Chedid, Patrick Watson, Dream Koala et Hugh Coltman.

Né le 12 juillet 1981 à Tel Aviv, Yaron Herman se passionne pour le basket ball mais une blessure le contraint à stopper cette pratique intensive. Il découvre alors le piano à l'âge de seize ans. Disciple de Opher Brayer, pédagogue réputé pour son enseignement basé sur les mathématiques, la philosophie et la psychologie, Yaron Herman va alors se révéler être un jeune pianiste prodige, acquérant une maîtrise du clavier avec une fulgurance hors du commun. Doté d'un esprit curieux, il écoute avidement tous styles de musique, tout en poursuivant des études de philosophie à l'université de Tel Aviv. Il n'a que dix-sept ans quand il remporte le prix Rimon dans la catégorie jeune talent.

Déçu par l'enseignement dispensé par la Berklee School of Music de Boston, Yaron Herman quitte ses bancs très vite et, sur le chemin du retour vers son pays natal, fait halte à Paris. Se joignant à quelques musiciens lors d'une jam session, il est de suite engagé, et, séduit par le paysage culturel français, se décide à y rester. Le pianiste ne tardera pas à se faire connaître dans la sphère du jazz parisien, remportant le trophée Nouveaux Talents du Sunside. Invité par Laurent Cugny, il expose sa théorie musicale de l'improvisation qu'il nomme « Real Time Composition » lors d'un cycle de conférences organisé à la Sorbonne.

Yaron Herman enregistre un album en duo avec le batteur Sylvain Ghio,  Takes 2 to know 1 (2003). Son premier album solo, intitulé Variations (2006), propose ses compositions originales, variations basées sur les thèmes de « Summertime » de George Gershwin (« Blossom », « Facing Him »), « Libera me » ou « Piu Jesu » de Gabriel Fauré. Acclamé par la critique, le disque est suivi d'une tournée qui le mène à se produire à la Cité interdite à Pékin, une première pour un pianiste de jazz.

Elu talent jazz Adami en 2007, Yaron Herman forme un trio avec le contrebassiste Matt Brewer et le batteur Gerald Cleaver, avec lequel il enregistre A Time for Everything (2007) où titres originaux croisent reprises étonnantes du « Toxic » de Britney Spears ou du « Message in a Bottle » de Police. Le disque est couronné des plus hautes distinctions des revues Jazz Magazine et Jazzman, et le pianiste est élu Révélation instrumentale de l'année 2008 par les Victoires du jazz.

Yaron Herman collabore avec de prestigieux musiciens comme Michel Portal, Lars Danielsson ou Bertrand Chamayou. Il invite le talentueux Quatuor Ebène (« Isobel » de Björk), formé par de jeunes musiciens classiques également avides de repousser les frontières musicales, sur son disque Muse (2009) réalisé avec son trio.

L'album suivant Follow The White Rabbit (2010) sort sur le label allemand ACT. Le trio comprenant Chris Cordini (contrebasse) et Tommy Crane (batterie) reprend sans complexe des succès de Radiohead et Nirvana que des musiques traditionnelles israéliennes. Pour Alter Ego, paru en 2012, Yaron Herman élargit son trio à un quintette avec les renforts des saxophonistes Émile Parisien et Logan Richardson sur les onze compositions originales (complétées par l'hymne israélien et « Ukolébavka » de Gideon Klein).

L'album suivant, Everyday (2015), marque son passage sur le label Blue Note par un duo avec le batteur Ziv Ravitz. Il comprend notamment « Volcano », une composition due au producteur Valgeir Sigurdsson, chantée par Helgi Jonsson. Deux ans plus tard, son neuvième enregistrement en leader, intitulé Y, accueille les prestations vocales de Matthieu Chedid, Patrick Watson, Dream Koala et Hugh Coltman.