Jake Bugg

Nom de naissance

Jacob Edwin Kennedy Bugg

Naissance

28 Février 1994, United Kingdom

Biographie

Jake Bugg est un auteur, compositeur chanteur britannique né à Clifton, près de Nottingham, le 28 février 1994. Biberonné au son de Bob Dylan, Oasis et The Beatles, il se fait un nom à 17 ans en faisant revivre l'âge d'or de la britpop agrémenté d'accents issus du folk américain. Après un passage remarqué en 2011 sur la scène « Introducing » du festival de Glastonbury, Jake Bugg signe avec le label Mercury et sort son premier album homonyme, classé d'office n°1 en octobre 2012. Le suivant Shangri La, produit par Rick Rubin et classé n°3 en 2013, est précédé de l'extrait « What Doesn't Kill You ». Le succès moindre mais constant de l'artiste dans les classements n'altère pas sa production avec la sortie de l'EP Messed Up Kids en 2014 et de l'album On My One deux ans plus tard, précédé de quatre singles.

Né Jake Edwin Kennedy Bugg le 28 février 1994 à Clifton, près de Nottingham en Angleterre, le compositeur, guitariste et chanteur passe son adolescence à écouter les illustres représentants de la britpop comme The La's ou Oasis et du folk rock façon Bob Dylan, sans omettre le rock classique de The Beatles et le garage rock de The Kinks.

À 12 ans, Jake Bugg apprend à jouer de la guitare dans le quartier de Clifton où il grandit. Le Britannique qui pourtant grandit en plein boom du hip-hop préfère se tourner vers les classiques. Il lui faut pas moins d'une année pour accoucher de ses premières compositions, qu'il présente cinq ans plus tard. Jake Bugg est en effet choisi par la BBC pour figurer au générique de la scène tremplin « Introducing » du célèbre festival de Glastonbury à Pilton, scène dédiée aux jeunes artistes non signés, tant et si bien qu'il se fait repérer par le label Mercury.

Une opportunité arrivée à point nommé. Du haut de ses 18 ans, Jake Bugg reçoit le privilège de jouer en première partie du groupe de l'ex-Oasis Noel Gallagher's Hight Flying Birds au Belsonic Music Festival de Belfast en août 2012. Tout s'enchaîne ensuite assez vite. La voix joliment nasillarde de l'enfant de Nottingham résonne en public sur la BBC au Radio 6 Music Program le 1er octobre. Deux semaines plus tard sort son premier effort sobrement baptisé Jake Bugg - avec à la production Iain Archer, connu pour avoir travaillé aux côtés de Snow Patrol. Et le 21 du mois, l'extrait « Two Fingers » caracole déjà à la 33ème position des charts au Royaume-Uni tandis que l'album est n°1 de son propre classement.

À 18 ans seulement, Jake Bugg fait partie des rares exceptions issues de sa génération. Un an après son premier essai, la nouvelle coqueluche du rock anglais retourne en studio pour l'enregistrement d'un deuxième album peaufiné à Malibu (Californie) avec Rick Rubin et Iain Archer. Précédé des extraits « What Doesn't Kill You », « Slumville Surprise » et « Messed Up Kids », le recueil intitué Shangri La, qui paraît en novembre 2013, propose un mélange subtil de rock anglais et de country, de folk et de rockabilly américain avec ses partenaires Matt Sweeney (guitare rythmique), Jason Lader (basse) et Pete Thomas (batterie). Si les ventes de singles sucessifs se tassent dans le creux du classement, l'album se hisse néanmoins en troisième position au Royaume-Uni.

En 2014, pendant que Jake Bugg entame l'enregistrement de son troisième album, paraît l'EP Messed Up Kids, sur lequel figure trois titres inédits. Après une année de travail en studio entre deux apparitions en festival, il délivre le titre « What's Feel Good » pour le film The Giver puis, en 2016, une série de singles produits par ses soins : « On My One », qui donne son titre à l'album qui paraît en juin, « Gimme The Love », « Love, Hope and Misery » et « Bitter Salt ».