Julie Fuchs

Naissance

24 Juillet 1984, Meaux, Seine-et-Marne, France

Biographie

Durant son enfance à Avignon, Julie Fuchs (née à Meaux le 24 juillet 1984) hésitait entre le violon et le chant. C'est finalement la seconde option qu'elle choisit au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, avant d'aborder une carrière internationale. Révélée au festival d'Aix-en-Provence dans le rôle-titre d'Acis et Galatée de Lully, la cantatrice soprano est sacrée quelques mois plus tard par le trophée de la « Révélation lyrique » aux Victoires de la musique classique de 2012. Marraine de l'opération Tous à l'opéra avec Ruggero Raimondi, elle signe avec le label Deutsche Grammophon pour son premier récital, Yes ! (2015), dans lequel elle interprète des oeuvres de Ravel, Weill, Messager ou Poulenc. En 2015, elle fait ses débuts à l'Opéra de Paris dans Platée de Rameau, puis se produit au festival de Salzbourg, aux BBC Proms, aux Chorégies d'Orange et au Staatsoper de Vienne. En 2017, elle chante dans la création de Trompe-la-mort de Luca Francesconi à l'Opéra de Paris ainsi que l'Ave Maria de Schubert aux obsèques de Johnny Hallyday. L'année suivante la voit affronter une polémique après son éviction dans La Flûte enchantée en raison de sa grossesse.Après sa participation à l'album collectif Elles et Barbara (2017) et à l'opéra de Bizet, Les Pêcheurs de perles (2018), son deuxième récital Mademoiselle (2019) est consacré au bel canto.

Julie Fuchs naît le 24 juillet 1984 à Meaux, en Seine-et-Marne. Premier prix de violon et de chant au Conservatoire d'Avignon et passionnée de théâtre, elle finit par choisir sa voie...dans le chant lyrique. Élève du CNSM de Paris, elle en ressort diplômée avec les félicitations du jury. En prélude à une carrière de soliste, la chanteuse brune à la voix de soprano remporte ensuite plusieurs distinctions comme celle de la révélation classique de l'ADAMI (2009), le Prix Palazzetto Bru Zane au Concours de Paris (2010) et le Prix Gabriel Dussurget du festival d'Aix-en-Provence (2011).

Révélée par le biais des festivals où elle ne passe pas inaperçue, Julie Fuchs séduit le public d'initiés par son timbre fleuri et ses talents de comédienne dans Les Noces de Figaro (Suzanne) à la Cité de la Musique, Amadis de Gaule (Urgande) à l'Opéra-Comique de Paris ou Le Roi Arthur à l'Opéra Royal de Versailles, dans une mise en scène de Shirley et Dino dirigée par Hervé Niquet. C'est avec ce dernier, à la tête du Philharmonique de Bruxelles et du Choeur de la Radio finlandaise, qu'elle fait ses débuts sur disque dans un recueil consacré aux oeuvres de Camille Saint-Saëns composées pour le Prix de Rome (Music for the Prix de Rome, Glossa, 2011, avec les cantates Le Retour de Virginie (1852) et Ivanohé (1864).

La saison 2010/2011 est riche pour Julie Fuchs qui donne des récitals avec le pianiste Alphonse Cemin (avec lequel elle enregistre des mélodies de Debussy et de Mahler), et interprète Musetta dans La Bohême (Opéra d'Angers-Nantes) ou My Fair Lady à l'Opéra de Metz. À l'été 2011, Julie Fuchs enchante le festival d'Aix-en-Provence et la Fenice de Venise par son interprétation du rôle-titre d'Acis et Galatée de Jean-Baptiste Lully. On aperçoit également la cantatrice sur les scènes de jazz en compagnie de Giovanni Mirabassi, et dans la comédie musicale The Sound of Music (le rôle de Maria) jouée au Théâtre du Châtelet. Elle enchaîne avec le Requiem de Mozart sous la baguette de Jean-Claude Malgoire au Théâtre des Champs-Elysées.

Le 20 février 2012, la marraine avec Ruggero Raimondi de l'opération Tous à l'opéra, Julie Fuchs est sacrée « Révélation lyrique » aux Victoires de la musique classique. Cette distinction de la profession constitue pour l'artiste une étape importante vers la reconnaissance au niveau international, ce que confirme sa signature avec le label Deutsche Grammophon pour son premier récital publié en septembre 2015, Yes !, comprenant des airs de Maurice Yvain, Messager, Poulenc, Honegger, Kurt Weill, Ravel, Lehár et Reynaldo Hahn.

En 2015, elle fait ses débuts à l'Opéra de Paris dans Platée deRameau, puis se produit au festival de Salzbourg, aux BBC Proms, auxChorégies d'Orange et au Staatsoper de Vienne. En 2017, elle chantedans la création de Trompe-la-mort de Luca Francesconi à l'Opéra de Paris ainsi que l'Ave Maria de Schubert auxobsèques de Johnny Hallyday en l'église de la Madeleine à Paris.L'année suivante la voit affronter une polémique après son évictiondans La Flûte enchantée en raison de sa grossesse.Après sa participation à l'album collectif Elles et Barbara (2017) et à l'opéra de Bizet, Les Pêcheurs de perles (2018), son deuxième récital Mademoiselle (2019) est consacré au bel canto. Sous la direction d'Enrique Mazzola, devant l'Orchestre national d'ïle-de-France, elle interprète des airs de Donizetti, Rossini, Barbieri, Pacini, Meyerbeer, Raimondi, Fioravanti et Berlioz.