Sophie Delila

Naissance

Paris, , France

Biographie

Entre soul et pop, la chanteuse française Sophie Delila a passé son adolescence à Paris avant de s’installer aux Etats-Unis et de poser ses valises à Londres où elle vit depuis 2005. Autant d’étapes géographiques et artistiques sur la route de Sophie Delila qui l’ont conduite à de multiples rencontres et collaborations. Influencée par des musiciens aussi éclectiques que Stevie Wonder, Aretha Franklin ou Lenny Kravitz, elle livre à 24 ans, après deux essais autoproduits (La, La, La en 2002 et All Yours en 2005) le  puissant album Hooked (10 novembre 2008), co-écrit et co-réalisé avec Steve Booker, déjà à l’origine de « Torn » pour Natalie Imbruglia ou de « Mercy » pour Duffy.

La musique, un langage maternel

Sophie Delila a la musique dans le sang, un univers dans lequel elle baigne depuis son plus jeune âge. Du home studio familial parisien où elle a passé son enfance, en passant par New York, puis Londres où elle est installée depuis 2005, le parcours artistique de Sophie Delila est jalonné de villes, de rencontres, par le biais desquelles l’artiste française a fait de la musique sa langue maternelle.

Auteur, compositeur, interprète et traductrice, la jeune femme de 24 ans cumule plusieurs casquettes artistiques, s’inspirant tout aussi bien de Stevie Wonder, Aretha Franklin que de l’énergie pop et rock de The Beatles ou de Coldplay. Loin d’être un monde inconnu, la musique se révèle comme une seconde peau pour Sophie Delila, un partage et un héritage familial.
C’est au sein de ce home-studio familial, entre guitares et orgues vintage que la jeune Sophie s’éveille à la musique.

Née à Paris, elle grandit dans un milieu artistique, jouant avec les guitares alors que les enfants de son âge jouent à la poupée, apprenant le piano. Sur la platine, cohabitent les disques de Stevie Wonder, Aretha Franklin, Michael Jackson, George Benson. Des grands noms qui aiguisent l’oreille musicale de l'adolescente. Autour du piano, Marvin Gaye et Ray Charles sont venus écouter en personne les dernières compositions de son père, pianiste et compositeur. Bercée et nourrie à la musique, Sophie n’a que 12 ans lorsqu’elle compose et enregistre ses premières chansons.

Un melting pot de musicalité

Quelques années plus tard, elle écoute Lenny Kravitz et Jamiroquaï, héritiers modernes de la soul. Se familiarisant avec les techniques de programmation musicale, en véritable « performeuse créative », elle les applique à ses démos. Alors qu’elle prépare son bac, à 17 ans, s’étant néanmoins inscrite en fac d’ingénierie sonore à Paris, elle passe une audition afin d’obtenir une bourse pour une prestigieuse école de musique où elle est acceptée : il s’agit du Berklee College of Music de Boston, qui compte parmi ses anciens élèves Quincy Jones, Keith Jarrett ou Diana Krall. Elle parfait ainsi sa culture musicale et son chant, s’immergeant dans le jazz et le gospel. Elle passe ainsi trois ans dans cette école où elle présente le Major Professionnal Music. A la sortie de l’école, elle constitue un groupe avec l’aide de son professeur de gospel : Dennis Montgomery III, qui devient un ami avec lequel elle fait par la suite de nombreux concerts.

Après ces années passées à Boston, son diplôme en poche, elle part à New York où elle commence à travailler dans un studio d’enregistrement et évolue très vite dans la scène néo-soul underground de la Big Apple . Elle enregistre des chœurs pour différents artistes soul. Au fil des rencontres, elle pose sa voix sur les chansons d’autres artistes, en produit certains tout en continuant à écrire ses morceaux qu’elle interprète sur la scène du club Blue Note.

En 2002, elle publie sous le nom de Sophie B une première maquette intitulée La, La, La. un essai auquel elle donne suite sous son nom en 2005 avec All Yours (CD Baby) entièrement autoproduit, composé de 13 titres, qui brassent influences, néo-soul, reggae, pop, folk, rock, autant d’influences musicales diverses. Le disque fait une belle carrière, lui ouvrant l’accès à de nombreuses scènes parisiennes notamment le Sentier des Halles ou encore l’Elysée Montmartre. Son clip « 27 C » s’invite d’ailleurs dans la programmation des chaînes musicales.

Elle traverse l’Atlantique direction Londres pour se rapprocher davantage de la scène pop et perfectionner son jeu de guitare . En studio, elle rencontre le producteur Steeve Booker. Ils s’enferment en studio pendant plusieurs mois. Le fruit de leur première collaboration donne naissance au single « Nature of The Crime », titre phare de son deuxième album Hooked.

Forte de ces succès scéniques, de ces rencontres artistiques, ce prodige de la soul française fait début juin la première partie de Christophe Willem à la Cigale, s’imposant comme révélation soul . Une artiste complète qui cultive la polyvalence artistique de l’écriture à l’autoproduction.