Sting

Nom de naissance

Gordon Matthew Thomas Sumner

Naissance

2 Octobre 1951, Wallsend, Tyne and Wear, England

Biographie

Gordon Matthew Thomas Sumner, alias Sting, naît le 2 octobre 1951 à Wallsend en Angleterre. Il apprend la guitare au début des années 1960, sous le regard bienveillant de sa mère, pianiste amateur. Il perfectionne son apprentissage musical en découvrant successivement le piano, la mandoline, mais aussi l’harmonica et la flûte de Pan. Après avoir achevé ses études en 1974, il devient instituteur pendant deux ans, mais ne peut s’empêcher de courir les clubs de jazz pour donner libre cours à sa vraie passion : la musique. C’est au cours d’un concert avec l’un de ses groupes, The Phoenix Jazzmen, qu’il est surnommé pour la première fois Sting en raison du pull noir à rayures jaunes qu’il arbore ce soir-là. En 1976, alors contrebassiste et chanteur du groupe Last Exit, il est démarché par le batteur Stewart Copeland pour intégrer le groupe The Police avec le guitariste français Henry Padovani (plus tard remplacé par Andy Summers). Celui-ci connaît un succès planétaire et foudroyant. Il sort cinq albums en six ans et accroche d’innombrables tubes à son tableau d’honneur, parmi lesquels « Roxanne », « So Lonely », « Message in a Bottle », « Walking on the Moon » ou encore « Every Breath You Take ». Sting débute sa carrière solo avec The Dream of the Blue Turtles en 1985, qui marque les esprits avec des tubes tels que « Russians » ou encore « If You Love Somebody Set Them Free ». Dans les années qui suivent, il s’impose définitivement en tant que chanteur solo avec les albums …Nothing Like the Sun en 1987 et The Soul Cages en 1991, qui prennent tous les deux la tête des charts au Royaume-Uni. Il publie encore de nombreux opus au cours des décennies 1990, 2000 et 2010, et notamment Mercury Falling (1996), Brand New Day (1999), Sacred Love (2003) ou encore The Last Ship (2013). Faisant suite à 57th & 9th en 2016, 44/876, son album reggae enregistré avec Shaggy en 2018 et My Songs en 2019, dans lequel Sting revisite plusieurs des chansons de son répertoire solo ou de celui de The Police, Duets paraît en 2021 et abrite les duos les plus célèbres du chanteur, notamment avec des artistes tels que Eric Clapton, Mylène Farmer, Annie Lennox, Charles Aznavour ou Julio Iglesias.

C'est le 2 octobre 1951, à Wallsend (en fait point final du Mur d'Hadrien), au nord est de l'Angleterre, que Gordon Matthew Thomas Sumner voit le jour. Il est l'aîné d'une famille de trois enfants, et s'initie précocement à la guitare.Son parcours universitaire s'interrompt dès la première année, et après s'être essayé à divers emplois (chauffeur de bus, agriculteur) il finit par décrocher un emploi d'instituteur.

Dès cette époque, Sting passe plus de temps dans les salles de concert (où il a le loisir d'applaudir Jimi Hendrix, et où il se produit avec quelques ensembles de jazz) qu'en salle d'études.Toutefois, il relit sans cesse les deux romans qui lui inspireront plusieurs chansons : Lolita (« Don't Stand So Close to Me ») de Nabokov, et Cyrano de Bergerac (« Roxanne ») d'Edmond Rostand.

Alors qu'il pénètre sur scène vêtu d'un très seyant ensemble à rayures jaunes et noires, on le compare à une abeille : son surnom de Sting (dard) ne le quittera plus. Le 1er mai 1976, Sting épouse l'actrice irlandaise Frances Tomelty. Ils auront deux enfants : Joseph (né en 1976), et Fuschsia Kate Catherine (née en 1982). Á partir de 1978, et durant cinq années, Sting enregistre avec le groupe The Police autant d'albums que de triomphes.

En 1982, Sting grave un premier 45 tours solo, reprise d'une chanson des années vingt. Alors que The Police est considéré comme en congé, Sting tourne de par le monde, et dès 1984, avec un ensemble de jazz. La même année, Sting divorce, et sans relation aucune, compose la musique du film Brimstone & Treacle.

C'est l'année suivante que paraît son premier album en nom propre : The Dream of the Blue Turtles est enregistré en compagnie de stars du jazz, comme le saxophoniste Brandford Marsalis, le bassiste Darryl Jones, ou le pianiste Kenny Kirkland. Trois tubes propulsent ce disque - certifié triplement de platine - de musique adulte en tête des hit-parades.

Toujours en 1985, le chanteur participe à l'enregistrement de « Money for Nothing », énorme tube de Dire Straits, ainsi qu'à l'album du trompettiste de jazz Miles Davis You're Under Arrest.

La tournée qui suit, triomphale, est sanctionnée par un documentaire et un double album en public : Bring on the Night (1986). La même année, The Police se retrouve pour un simple nouvel enregistrement du tube « Don't Stand So Close to Me ».

En 1987 est édité Nothing Like the Sun, album ambitieux - en hommage à sa mère récemment disparue d'un cancer - où l'on retrouve Marsalis, mais également l'arrangeur Gil Evans, et qui est de nouveau un succès (le disque est certifié double platine).

En 1988, Sting participe à l'album de Frank Zappa Broadway the Hard Way.

Sting qui a rendu, dès 1981 (concert de The Secret Policeman's Other Ball) public son engagement auprès d'Amnesty International, ainsi que ses préoccupations écologiques, s'engage alors en particulier dans la lutte contre la déforestation de la forêt amazonienne.

C'est toujours en 1988 que sort Nada Como El Sol, ou quelques chansons extraites de Nothing Like The Sun, enregistrées en espagnol et portugais, à destination des audiences latines. Au mois d'octobre, l'Anglais participe à l'enregistrement d'une oeuvre d'Igor Stravinsky, au côté de l'actrice britannique Vanessa Redgrave. Sting consacre l'année suivante à se produire à Broadway dans une version discutable de L'Opéra de Quat' Sous de Bertold Brecht.

En 1991, l'album The Soul Cages constitue une évocation de son père, qui vient à son tour de décéder d'un cancer. Pas davantage que pour sa mère, le chanteur n'a assisté aux obsèques de ce dernier, craignant les débordements des journalistes. Le disque, sombre et complexe, peine à retrouver le succès de ses prédécesseurs. Néanmoins, il est certifié disque de platine, et la chanson-titre permet à Sting de se voir honoré d'un Grammy Award. Toujours en 1991, Sting enregistre une version de Pierre et le Loup de Sergueï Prokofiev.

Le 20 août 1992, Sting épouse l'actrice et productrice Trudie Styler, avec laquelle il vivait depuis plus de dix ans. Ils auront quatre enfants : Briget Mickey Michael en 1984, Jake (qui voit le jour en 1985), Eliot Coco Pauline (1990), et Giacomo Luke (1995). Ten Summoner's Tales (1993) permet au chanteur de retrouver, à la fois l'inspiration pop de ses débuts, et à la fois le chemin des charts (le disque est certifié triple platine). Au mois de mai, Sting enregistre une nouvelle version de « Demolition Man » (hit de The Police) pour la musique du film...Demolition Man, avec Sylvester Stallone.

C'est à la fin de cette année qu'un trio (« All For Love »), enregistré en compagnie de Bryan Adams et de Rod Stewart, et pour le compte de la bande originale du film Les Trois Mousquetaires (version de Stephen Herek, avec Kiefer Sutherland), atteint le sommet des classements, et provoque une nomination aux Oscars, ainsi que l'obtention de deux Grammy Awards supplémentaires.

Après la publication d'une compilation (certifiée double platine), Sting collabore en 1996 avec Tina Turner (« On Silent Wings »), et enregistre Mercury Falling, album qui n'obtient que des résultats mitigés, au contraire de Brand New Day (1999), qui lui permet de remporter deux nouveaux Grammy Awards, l'album en public All This Time (2001), et Sacred Love (2003), auquel collabore Mary J. Blige, et qui vaut au chanteur l'obtention d'un nouveau Grammy Award. Précédemment, et en 2000, Sting a eu l'opportunité de signer la partition de The Emperor's New Groove pour les studios Walt Disney.

Au mois d'octobre 2006, Sting enregistre Songs from the Labyrinth, album consacré à l'oeuvre de John Dowland, compositeur élisabéthain. Le disque ne reçoit qu'un accueil poli. En 2007, The Police se reconstitue pour une tournée mondiale. Le 20 janvier 2009, Sting participe au côté de Stevie Wonder aux festivités de la prestation de serment de Barack Obama. Au mois d'octobre, Sting revêt les habits d'hivers pour le glacial If On A Winter's Night, suivi d'un album de reprises de ses hits passés (de The Police à ses succès solo). Sorti en juillet 2010, Symphonicities revisite ses standards en version symphonique.

Trois ans plus tard, le chanteur consacre l'album traditionnel The Last Ship à ses souvenirs d'enfance près du port de Newcastle. Le projet est destiné à une comédie musicale montée à Broadway. L'album suivant, 57th & 9th, paru en 2016, est aux antipodes de ce projet : il marque en effet le retour de Sting à ses premières amours, à un rock abrasif. Il porte le nom du carrefour se situant à proximité du studio new-yorkais dans lequel il a enregistré en comité restreint avec ses collaborateurs habituels, Vinnie Colaiuta et Dominic Miller. Le 12 novembre de la même année, il donne le premier concert au Bataclan de Paris lors de sa réouverture après les attentats de 2015. En avril 2018 sort le fruit de sa collaboration avec le chanteur de dancehall Shaggy, l'album commun 44/876, dont est extrait le titre « Don't Make Me Wait ». Fraîchement accueilli par les fans mais suscitant la curiosité pour un nouveau public, ce disque clivant est suivi par My Songs, qui réconciliera l'artiste avec son public puisqu'il s'y attarde sur des classiques de son répertoire en groupe ou en solo, qu'il revisite totalement.

Dernière Sortie

19 nov 2021

Sting