Wayne Shorter

Naissance

25 Août 1933, Newark, New Jersey, United States

Biographie

Compositeur hors pair et compagnon de route de Miles Davis, co-leader de Weather Report dans la décennie suivante, le saxophoniste américain Wayne Shorter (né à Newark, dans le New Jersey, le 25 août 1933) fait ses classes au sein Art Blakey & the Jazz Messengers à la fin des années 1950. L'un des hommes-clé de l'histoire du jazz depuis les années 1960, il s'illustre dans le hard bop et le jazz fusion avec puissance et dextérité. Parmi ses albums phare figurent Juju et Speak No Evil en 1964, puis Native Dance dix ans plus tard, avec le chanteur brésilien Milton Nascimento. Toujours actif dans les décennies suivantes, Wayne Shorter publie Beyond the Sound Barrier en 2005 puis Without a Net en 2013. De retour chez Blue Note avec les musiciens de son quartette, soit Danilo Perez, John Patitucci et Brian Blade, il confectionne l'ambitieux projet Emanon (2018), triple album décliné en studio avec l'Orpheus Chamber Orchestra et en public avec son groupe.

Le saxophoniste Wayne Shorter, né à Newark dans le New Jersey le 25 août 1933, est encore un adolescent quand il fait la connaissance des premiers maîtres du be-bop, dans les années 1940, par l'intermédiaire des programmes radiophoniques, et notamment John Coltrane.

Il suit une formation musicale universitaire au début des années 1950 et, pendant qu'il assume ses obligations militaires, fait la rencontre de Horace Silver avec qui il joue occasionnellement. C'est à la fin des années 1950 que la carrière de Wayne Shorter prend son véritable élan quand il rencontre un autre pianiste, Joe Zawinul, dans une formation dirigée à l'époque par Maynard Ferguson. Au même moment, il est sollicité pour un remplacement dans les Jazz Messengers, expérience qui va finalement mener à une collaboration de cinq ans avec Art Blakey.

Au milieu des années 1960, enrichi par ces années de concerts et d'enregistrements inscrits dans un jazz moderne fortement inspiré par la tradition de la musique noire américaine, Wayne Shorter s'engage auprès d'un autre grand leader, le trompettiste Miles Davis. Succédant à George Coleman, il devient l'un des piliers de son nouveau quintette du trompettiste aux côtés de Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams. Ils enregistrent ensemble une pléiade d'albums dont plusieurs chefs-d'oeuvre qui vont annoncer les nouvelles esthétiques du jazz rock et du jazz fusion. Il fournit au maître de multiples compositions telles que « E.S.P. », « Nefertiti » et « Footprints ».

Wayne Shorter enregistre parallèlement des albums remarquables sous son nom - notamment Juju et Speak No Evil en 1964 - affirmant ses talents de compositeur qu'il développe au début des années 1970 quand il quitte Miles Davis pour former Weather Report avec Joe Zawinul et Miroslav Vitous.
Membre fondateur de ce groupe culte des années 1970, Wayne Shorter fait preuve, tout comme Miles Davis, d'un élan naturel vers un jazz sans cesse en mutation, attentif aux nouveaux courants musicaux et aux évolutions des technologies instrumentales. Son contrat avec la formation ne l'empêche pas de publier en solo quelques albums ainsi que le remarquable Native Dancer de 1974, en collaboration avec Herbie Hancock et les Brésiliens Milton Nascimento et Airto Moreira.

Après la dissolution de Weather Report en 1985, Wayne Shorter poursuit sa carrière de leader et de compositeur jusqu'à la rencontre historique du début des années 1990 avec Miles Davis, quelques semaines avant la disparition du trompettiste, le 28 septembre 1991. Par sa musicalité, sa sonorité reconnaissable entre toutes et la qualité de ses compositions, Wayne Shorter appartient de son vivant à l'histoire d'une musique qu'il a contribué à faire évoluer, à la fois héritier de John Coltrane et référence incontournable du saxophone depuis le milieu des années 1960.

Toujours actif, le saxophoniste publie de loin en loin quelques albums originaux comme Beyond the Sound Barrier en 2005 et Without a Net qui, début 2013, marque son grand retour en quartette avec Danilo Perez, John Patitucci et Brian Blade, accompagnés de l'ensemble Imani Winds. Les trois musiciens participent aux séances de l'album suivant, Emanon (2018), triple album joué en studio avec l'Orpheus Chamber Orchestra et en public dans la formule du quartette. L'ambitieux projet est accompagné d'une nouvelle graphique.