Dee Dee Bridgewater

Nom de naissance

Denise Eileen Garret

Naissance

27 Mai 1950, Memphis, Tennessee, United States

Biographie

Chanteuse de jazz américaine née Denise Garrett à Memphis, le 27 mai 1950, Dee Dee Bridgewater a conquis le public français en interprétant Billie Holiday à Paris dans les années 1980. Grande diva noire au scat inventif et puissamment rythmique, elle a rendu souvent hommage à ses aînées, telle Ella Fitzgerald avec le disque Dear Ella (1997), ou justement la créatrice de « Strange Fruit » dans Eleanora Fagan (1917-1959): to Billie with Love from Dee Dee. Cinq ans plus tard, en 2015, la chanteuse au swing dans le sang s'associe au trompettiste Irvin Mayfield et au New Orleans Jazz Orchestra pour l'album Dee Dee's Feathers. Deux ans après, c'est à sa ville natale qu'elle dédie l'album Memphis...Yes, I'm Ready (2017).

Dee Dee Bridgewater, née Denise Eileen Garrett le 27 mai 1950 à Memphis, débute dans l'orchestre de son père, le trompettiste Matthew Garrett, avec lequel elle part en tournée dans le Michigan en 1960. Durant sa scolarité, elle a l'occasion, très rare à l'époque, de partir en Union Soviétique avec l'orchestre de son université de l'Illinois en 1969. Elle y rencontre également Cecil Bridgewater, trompettiste d'Horace Silver, qu'elle épouse en 1970. 

L'année suivante, installée à New York, elle est engagée dans le big band de Mel Lewis et Thad Jones, dont elle deviendra, jusqu'en 1974, l'une des solistes principales. C'est au sein de cette formation qu'elle se produit au festival de Châteauvallon en 1973, prestation qui la révèle au public français. 

Durant cette période, Dee Dee Bridgewater chante avec de prestigieux musiciens : Max Roach avec Freedom Now Suite , Dizzy Gillespie, Dexter Gordon, Sonny Rollins ou Roland Kirk. Elle intègre ensuite les ensembles de Stanley Clarke et de Norman Connors. Parallèlement, elle enregistre son premier album, Afro Blue (1974). Elle joue dans la comédie musicale de Broadway The Wiz , et obtient un Tony Award pour son rôle en 1975. L'année suivante, elle travaille avec Sir Roland Hanna, puis part travailler en Californie comme chanteuse pop.

En 1984, sa participation à la revue Sophisticated Lady , tirée de l'oeuvre de Duke Ellington, lui permet de faire une tournée en Europe et un séjour à Paris. Elle revient deux années plus tard avec la pièce Lady Day , dans laquelle elle interprète le rôle de Billy Holiday. Elle fait la conquête de Paris, triomphe au théâtre de Boulogne-Billancourt en 1986, et sort un Live in Paris (1987). 

De retour aux Etats-Unis (1987), Dee Dee Bridgewater chante dans un All Stars dans lequel figurent Clark Terry, James Moody, Jimmy Mc Griff, formation qui tourne sur la côte Est du pays. Revenue à Paris en 1990, ville qu'elle aime, Dee Dee Bridgewater chante dans les clubs de la capitale, et notamment au New Morning avec son quartet composé du bassiste Tony Bonfils, du batteur André Ceccarelli et du pianiste Hervé Sellin, tout aussi aisément les standards de jazz, du gospel mais également « Les amants d'un jour » , qui firent la gloire d'Edith Piaf.

En 1989, son duo avec Ray Charles lui permet d'accéder au statut de star internationale, avant de chanter une version originale de l'opéra Carmen en 1993. Aujourd'hui à la tête d'une discographie impressionnante, la chanteuse américaine s'est spécialisée dans les hommages, de Horace Silver avec Love and Peace (1995) à Ella Fitzgerald avec Dear Ella (1997), avant un concert enregistré au Japon, Live at Yoshi's (2000), nommé comme meilleur album vocal lors des Grammy Awards de 2001. Avec J'ai deux amours (2005), c'est à la France qu'elle rend hommage tandis que l'album suivant, Red Earth (2007), enregistré à Bamako au Mali, fait se rejoindre jazz et musique africaine.

Chanteuse au swing puissant, Dee Dee Bridgewater dégage dans son expression vocale une tonicité et une énergie unique dans tous les registres musicaux, qui vont du blues à la chanson contemporaine. En 2010, Dee Dee Bridgewater rend hommage à sa grande inspiratrice Billie Holiday, à travers une sélection de douze classiques dans Eleanora Fagan (1917-1959): to Billie with Love from Dee Dee. Cinq ans plus tard, la grande dame du swing revient en compagnie du trompettiste Irvin Mayfield et de la quinzaine de musiciens du New Orleans Jazz Orchestra (NOJO) pour l'album de reprises et de compositions originales Dee Dee's Feathers. Deux ans après suit une ode à sa ville natale à travers les interprétations de l'album Memphis...Yes, I'm Ready (2017).