Sacha Distel

Nom de naissance

Alexandre Sacha Distel

Naissance

29 Janvier 1933, Paris, Paris, France

Biographie

Sacha Distel, de son nom complet Alexandre Sacha Distel, voit le jour le 29 janvier 1933, à Paris, dans le 13e arrondissement au sein d’une famille juive russe. Par sa mère, il est le neveu de Ray Ventura, célèbre compositeur et chef d’orchestre, qui éveillera la passion pour la musique du jeune pianiste. Il ne le voit pourtant que rarement, puisqu’il est souvent en tournée. Mais dès qu’il installe son orchestre à Paris, Sacha le rejoint pour assister aux répétitions. Plus encore que les instruments, c’est le chant qui fascine l’aspirant artiste. Il s’inscrit donc à l’âge de six ans à un télé-crochet, qu’il remporte. En 1942, durant l’Occupation, sa mère est arrêtée pour des raisons politiques et retenue à la prison du Cherche-Midi. Son père le place à Laval, au collège de l’Immaculée-Conception, où il est caché aux côtés de treize autres enfants juifs. Ce n’est qu’en août 1944, à la libération de Laval, qu’il peut enfin retrouver ses parents et la capitale. Il peut alors goûter à nouveau aux joies de la musique en compagnie de son oncle. En 1947, il approche l’un des musiciens de son orchestre, Henri Salvador, et lui demande de lui apprendre la guitare et de lui faire découvrir le bebop et le cool jazz. Une fois son baccalauréat obtenu, il est envoyé à 19 ans aux États-Unis par son oncle pour y apprendre l’anglais. À son retour, il devient un habitué du quartier de Saint-Germain-des-Prés où il se produit très régulièrement à la guitare. En 1956, il enregistre un premier disque, Jazz d’Aujourd’hui, puis avec John Lewis, le pianiste du Modern Jazz Quartet, l’album Afternoon in Paris. Sa technique sûre à la guitare est alors louée par le monde du jazz, et les propositions se multiplient pour le jeune artiste, qui a l’opportunité de jouer pour Juliette Grieco ou Sarah Vaughan. En 1959, le musicien estime qu’il est mûr pour se lancer en tant que chanteur. Un premier album, Sacha Distel Chante, sort discrètement avant que n’émerge le titre « Scoubidou », qui devient un succès populaire et lui vaut même d’être invité dans l’émission d’Ed Sullivan aux États-Unis. Il enchaîne ensuite avec « Oh quelle nuit ! », numéro un des ventes en France et « Mon beau chapeau », numéro trois, qui participent à dessiner son univers musical, entre chanson française et jazz pop. Au cours des années 1960, Sacha Distel soigne son aura internationale, connaissant un vif succès hors des frontières françaises, avec notamment « La Belle Vie », enregistré pour les besoins du film Les Sept Pêchés Capitaux de Roger Vadim et inclus sur l’album Sacha Distel, sorti en 1964. Le morceau sera repris par Tony Bennett et Frank Sinatra sous le nom « The Good Life ». Il reste pour autant très présent auprès du public hexagonal grâce à son émission de télévision, le Sacha Show, qui lui permet de révéler de nouveaux talents, comme ce sera le cas pour Mireille Mathieu. Il enchaîne avec un autre album éponyme, qui inclut le titre « La Pétanque », et contrebalance aussitôt ce disque de chansons par un album de jazz, Back to Jazz With Slide Hampton, pour maintenir les deux facettes de son art. En 1970, le musicien s’essaie à la comédie et apparaît dans les films Les Mordus et Zazie dans le Métro, mais surtout, il obtient la reconnaissance Outre-Manche avec une dixième place dans les charts britanniques grâce à « Toute la pluie tombe sur moi (Raindrops are Falling on My Head) ». En 1975, l’artiste s’autorise une parenthèse bossa nova le temps d’un album, Un Amour, un Sourire, une Fleur, sur lequel il offre sa version de « La Fille d’Ipanema » et revient rapidement à la chanson française avec Pour une Nuit Avec Toi (1976) et Le Père de Sylvia (1977). À nouveau, il éprouve le besoin de célébrer ses premières amours avec un nouveau disque de jazz, My Guitar and All That Jazz en 1983. Le 28 avril 1985, il est victime d’un terrible accident de voiture, au cours duquel l’actrice Chantal Nobel est grièvement blessée. Elle restera handicapée à vie. Sacha Distel est, lui, légèrement blessé et est condamné à un mois de prison avec sursis pour blessures involontaires. Il se relève de cette épreuve en musique avec le disque Et Je Pense à Toi. Les années 1990 sont, elles, marquées par la formation de son orchestre Sacha Distel et ses Collégiens, un clin d’œil au nom de la formation de son oncle. En 2001, il obtient le rôle principal dans la comédie musicale Chicago, qui se tient à Londres. Deux ans plus tard, il revient à la chanson avec un double album, En Vers et Contre Vous, qui associe reprises de standards du jazz et nouvelles chansons inédites. Malheureusement, Sacha Distel est emporté l’année suivante, le 22 juillet 2004, par un cancer à l’âge de 71 ans.