Great White

Naissance

Los Angeles, Californie, United States

Biographie

Great White est un groupe de hard rock angeleno typique des années quatre-vingt. Appuyé sur un hard rock efficace inspiré de AC/DC, Great White apporte la touche de glam metal indispensable au metal de la côte ouest des Etats-Unis. Après des débuts quelconques avec Great White (1984) et Shot in the Dark (1986), Great White connaît son heure de gloire à partir de Once Bitten... en 1987. Great White culmine en 1989 avec ...Twice Shy et le tube « Once Bitten, Twice Shy ». Si Hooked est encore fréquentable en 1991, la traversée des années mil-neuf-cent-quatre-vingt-dix s'apparente à une lente dégringolade pour Great White. Séparé en 2000, Great White renaît vite sous le vocable de Jack Russel's Great White, du nom de son chanteur historique. Redevenu officiellement Great White en 2006, le combo sort les dispensables Back to the Rhythm (2007) et Rising (2009). Elation en 2012 n'a certainement pas la prétention de remonter la cote du groupe.

Le chanteur Jack Russell et le guitariste Mark Kendall se rencontrent en 1977 à Los Angeles (Californie) où ils forment le groupe Dante Fox. Le manager du groupe l'incite à se renommer Great White en référence à la blondeur de Mark Kendall, et à son habitude d'apparaître sur scène vêtu de blanc avec une Fender Telecaster de même couleur. En 1982, Great White enregistre son premier EP avec l'aide de Gary Holland (batterie) et Lorne Black (basse). Great White est alors un habitué des clubs locaux et commence à obtenir une diffusion de ses titres en radio grâce à l'opiniâtreté de son manager.

Il n'en faut pas plus à EMI pour signer Great White en 1983. Après son premier album homonyme en 1984, Great White part tourner en Grande-Bretagne en première partie de Whitesnake. Puis ce sont le Canada et les Etat-Unis où Great White se produit avec Judas Priest. Le manque d'enthousiasme pour l'album Great White conduit cependant EMI à lâcher le groupe. Shot in the Dark sort d'abord en indépendant en 1986, avant que Great White ne soit rattrapé par la manche par Capitol, filiale de EMI. Shot in the Dark ressort sous cette nouvelle banière et Great White s'embarque dans une tournée avec Dokken.

Le hard rock simpliste de Great White finit par toucher le public avec Once Bitten... en 1987. Inspiré par AC/DC ou Aerosmith, Great White sacrifie également de bon coeur au glam metal alors très en vogue chez ses confrères californiens. Déjà disque de platine pour Once Bitten..., Great White atteint son sommet avec ...Twice Shy en 1989. L'album contient le seul vrai hit de la carrière de Great White, sous forme de la reprise du titre « Once Bitten, Twice Shy » de Ian Hunter qui se classe cinquième au Billboard. 

Great White poursuit sur sa trajectoire en 1991 avec Hooked, qui s'avère être l'un des albums les plus réussis du groupe. Bien que moindre le succès de Hooked confirme Great White parmi les ténors du hard rock du moment. Entraîné alors dans d'incessantes tournées, Great White commence à perdre le fil, l'accoutumance à l'alcool de Jack Russell contribuant à fragiliser le groupe. Psycho City (1992) et Sail Away (1994) souffrent de cet état de fait et montrent une baisse de qualité significative chez Great White. La chute est amorcée et s'amplifie tout au long des années quatre-vingt-dix, culminant avec Great Zeppelin: A Tribute to Led Zeppelin de triste mémoire en 1999. Great White se sépare temporairement début deux-mille, après Can't Get There from Here sorti fin 1999. 

Jack Russell tente alors de reprendre le flambeau à son compte sous le nom de Jack Russell's Great White. C'est sous cette dénomination que survient le 20 février 2003 à Rhode Island (New York) l'épisode le plus tragique de l'existence du groupe. Les effets pyrotechniques de Great White provoquent ce jour là un incendie mortel au club The Station. Le guitariste du groupe et une centaine de spectateurs figurent parmi les victimes d'un fait divers qui ne rehausse pas la réputation de Great White. 

Le vrai retour de Great White a lieu en 2007 pour le très décevant Back to the Rhythm. Rising en 2009 témoigne lui aussi de la grande indigence d'un groupe en panne d'évolution. Elation en 2012 n'est pas non plus destiné à voir Great White retrouver les sommets abandonnés depuis une vingtaine d'années.