Bad Company

Naissance

London, London, England

Biographie

Bad Company fait partie de la galaxie des supergroupes, ces formations constituées par des musiciens de groupes établis. S’ils sont souvent éphémères, Bad Company est l’une des exceptions les plus brillantes. Formé en 1973 par deux membres de Free, le chanteur Paul Rodgers et le batteur Simon Kirke, du guitariste de Mott the Hoople et du bassiste de King Crimson, Boz Burrell, le groupe peut s’enorgueillir d’une longévité exceptionnelle, même si sa carrière fut émaillé de quelques changements de personnel. Il est signé par Swan Song Records, le fameux label fondé par les membres de Led Zeppelin. Le projet se concrétise avec un premier album, éponyme, dévoilé en 1974. L’adhésion du public est immédiate, se traduisant par une première place au Billboard américain et une probante troisième place en Grande-Bretagne. Bad Company sera même certifié quintuple disque de platine aux États-Unis. Ses successeurs, Straight Shooter et Run With the Pack, qui creusent leur sillon rock teinté de blues et de hard-rock, n’atteignent pas les mêmes chiffres stratosphériques, mais se placent tous deux dans le top 5 des deux côtés de l’Atlantique. En 1979, le groupe opère une légère mutation stylistique en incluant pour la première fois des synthétiseurs et des cordes sur l’album Desolation Angels. Les choses commencent à se déliter à partir du moment où leur manager, Peter Grant, que les musiciens partagent avec Led Zeppelin, commence à se désintéresser de leur cas, d’autant plus lorsque survient la dramatique disparition de John Bonham. Les musiciens prennent leurs distances et ce n’est qu’au bout de trois ans d’absence qu’ils se retrouvent pour accoucher de Rough Diamonds. Mais c’est le chant du cygne de la formation originale. En 1985, Simon Kirke s’engage dans un nouveau projet avec Mick Ralphs avec qui il a joué sur le disque de ce dernier. Le label Atlantic Records tente de les convaincre de travailler sous le nom de Bad Company, mais Paul Rodgers est engagé avec The Firm et les musiciens décident donc de recruter Brian Howe, ex-Ted Nugent, comme chanteur. Steve Price est engagé comme nouveau bassiste et Greg Dechert (ex-Uriah Heep) comme claviériste. Cette nouvelle formation engage le groupe sur une nouvelle voix musicale un peu plus pop-rock. Ensemble, ils enregistrent Fame and Fortune, qui émerge en 1986. Burrell rejoint le groupe en cours de route et donne un peu plus de légitimité à cette renaissance. Mais juste avant la tournée, il se désengage à nouveau. Les claviers déplaisant finalement aux musiciens, Dechert est démis de son engagement à son tour. Dangerous Age, en 1988, voit logiquement Bad Company renouer avec un rock à guitares. Mais c’est avec l’album suivant, Holy Water, que le groupe regoûte au succès avec près d’un million de disques vendus. La période Howe prend fin ensuite avec Here Comes Trouble, au titre prémonitoire en 1992. Le chanteur quitte la formation deux ans plus tard, définitivement. Le chanteur succombera à un arrêt cardiaque le 6 mai 2020. Bad Company trouve son nouveau leader en la personne de Robert Hart, ex-Distance, qui assure le chant sur Company of Strangers et Stories Told & Untold. 

La parenthèse est de courte durée : en 1998, Paul Rodgers retrouve son trône. La réconciliation entre les quatre membres originels trouve son origine dans leurs retrouvailles à la faveur des funérailles de Peter Grant. La suite se dessine sur la route et au travers des sorties comme l'album en public Merchants of Cool en 2002. Le groupe poursuit son chemin au gré de retrouvailles irrégulières malgré la disparition de Boz Burrell en 2006.


En 1972, le groupe anglais Free commence à donner des signes de faiblesse, après avoir enflammé le monde entier de son rock dépouillé et violent. La cheville ouvrière de cette belle machine, Paul Rodgers et Simon Kirke, décident d'“achever la bête” et de monter avec Boz Burrell et surtout Mick Ralphs (ex-guitariste de Mott The Hoople) une nouvelle association : Bad Company.

L'espace de deux albums essentiels, Bad Company en 1973 et Straight Shooter en 1974, ce grand groupe de hard rock/boogie va inscrire son nom dans l'histoire. Rouleau compresseur. La recette est simple (et directement inspirée de Free) : sur une pesante rythmique, la voix rocailleuse de Paul Rodgers (sans doute une des plus belles du genre) balance un blues lourd et gras d'une terrible efficacité.

Dès le premier album, en 1973, le succès est immédiat. Managé par Peter Grant (homme de main de Led Zeppelin), Bad Company s'impose comme une machine bien huilée capable de chavirer les plus grands stades américains. Durant toute la deuxième partie des années 70, Bad Company va s'embarquer dans d'interminables tournées, qui auront petit à petit raison du groupe.

En 1984, Rough Diamonds (dernier disque à peu près correct) sonne le chant du cygne. De come-back en re-formations, le groupe traînera jusqu'en 1986 les fantômes d'un âge d'or de brève durée, mais d'une formidable intensité.

En 2002 le groupe retrouve le goût de la scène et se reforme le temps d'un album en public Merchants of Cool.