Eva Cassidy

Nom de naissance

Eva Marie Cassidy

Naissance

2 Février 1963, Oxon Hill, Maryland, United States of America

Biographie

Eva Marie Cassidy naît à Washington, D.C. le 2 février 1963. Elle grandit à Oxon Hill ans le Maryland, état dans lequel elle s’installe définitivement lorsqu’elle déménage à Bowie. Fille d’un sculpteur, musicien de jazz et champion du monde d’haltérophilie amateur et d’une horticultrice originaire d’Allemagne, elle s’intéresse vite à la musique et apprend la guitare à l’âge de neuf ans avec l’aide de son père. À peine deux ans plus tard, elle intègre le groupe Easy Street dans lequel elle chante et joue de la guitare et forge son expérience scénique en jouant dans des mariages, des fêtes privées et des clubs. Timide de nature, elle doit s’employer pour se libérer face à un public d’inconnus mais bientôt, ses capacités vocales s’imposent à tous et elle décide de se consacrer à un nouveau projet baptisé Stonehenge en arrivant au lycée. En 1983, elle perfectionne sa technique vocale et instrumentale mais surtout son rapport aux autres en se confrontant tous les jours de l’été au difficile public d’un parc à thèmes. Par la suite, ses études d’art à la faculté ne la passionnent pas et elle participe à de nombreux groupes dans l’espoir de forcer son destin, y compris les plus surprenants pour une voix de soprano comme la sienne, comme par exemple le groupe de techno-pop Characters Without Names. Ne gagnant pas sa vie avec la musique, elle est contrainte d’exercer plusieurs métiers en parallèle, comme employée de pépinière ou peintre sur meubles. En 1986, elle fait une rencontre déterminante en la personne de Chris Biondo, ingénieur du son et bassiste, qui l’aide à devenir chanteuse de studio et forme avec elle un couple et un groupe (le Eva Cassidy Band), qui lui permet de rencontrer son futur manager Al Dale. Chris Biondo fait écouter en 1992 une cassette de la voix d’Eva Cassidy à Chuck Brown, qui, séduit, décide d’enregistrer avec elle un album de duos, The Other Side. Sur celui-ci figure notamment « Over the Rainbow », qui deviendra plus tard la chanson-signature de la chanteuse américaine. Ensemble, ils effectuent quelques concerts et ouvrent pour des artistes comme Al Green et The Neville Brothers. Dès 1993 toutefois, l’ascension d'Eva Cassidy est freinée par la maladie. Elle se fait retirer une tumeur cette année-là, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre les concerts et même de signer un contrat avec le label Blue Note pour poser sa voix sur des chansons du groupe de jazz pop Pieces of a Dream. Mais l’expérience, jugée infructueuse par la chanteuse, tourne finalement court et elle est encore plus déçue lorsque son contrat avec le label Apollo Records ne peut aboutir en raison de la faillite de ce dernier. Cela n’empêche pas Eva Cassidy de donner de nombreux concerts, notamment ceux du 2 et 3 janvier 1996, qui donnent lieu à Live at Blues Alley, album pour lequel douze chansons enregistrées le second soir (les bandes du premier n’étaient pas exploitables) sont compilées. Vingt ans plus tard, en 2015, alors qu'Eva Cassidy s’est éteinte à 33 ans le 20 novembre 1996 à Bowie, dans le Maryland, des suites d’un cancer de la peau très agressif, la totalité des 31 chansons enregistrées le 3 janvier 1996 seront finalement publiées via l’album posthume Nightbird. Avec un seul album studio en solo enregistré de son vivant (Eva by Heart en 1997), Eva Cassidy n’a jamais pu goûter à une reconnaissance méritée hors de sa région natale. Mais ses albums posthumes, principalement ancrés dans le jazz et le folk, notamment Songbird et American Tune, se vendront à plusieurs millions d’exemplaires.

Eva Cassidy naît le 2 février 1963 à Oxon Hill, dans le Maryland. Son père, enseignant et bassiste amateur, fait découvrir la musique à ses enfants. Les filles chantent et le fils joue du violon, Eva commence donc la guitare à neuf ans tout en appréciant la peinture, autre activité artistique à laquelle elle se consacrera toute sa vie.

En 1986, Chris Biondo entend Eva Cassidy chanter et croit instantanément en son talent. Alors qu'elle travaille dans une crèche, elle enregistre pour lui et, sous ses conseils, fonde le Eva Cassidy's Band en 1990.

D'une nature timide, elle commence néanmoins à se produire en concert. Le guitariste Chuck Brown, entendant un des enregistrements réalisés par Chris Biondi, lui propose de former un duo le temps d'un album. Celui-ci sort sous le titre de The Other Side (11/1992).

Les maisons de disques sont peu réceptives au répertoire trop éclectique d'Eva Cassidy, ce qui incite Chris Biondi à autoproduire le premier album solo de la chanteuse, un Live at the Blues Alley (06/1996).

Malgré le bon accueil reçu pour cet album, Eva Cassidy n'est pas satisfaite et décide de retourner immédiatement en studio. Mais, atteinte d'un cancer depuis plusieurs années, Eva Cassidy décède le 2 novembre 1996. L'album Eva by Heart (1997) sort donc à titre posthume et inclut des duos avec son frère Dan Cassidy au violon (« I Know You By Heart » et How Can I Keep from Singing ») ou Chuck Brown (« Need Your Love so Bad »).

Chris Biondi s'emploiera à honorer la mémoire de la chanteuse en compilant ses enregistrements inédits. Ainsi sortent successivement Time After Time (2000), Imagine (2002) et American Tune (2003). Le premier présente de poignantes reprises de « Woodstock » de Joni Mitchell et de « Kathy's Song » de Paul Simon. Le second reprend « Imagine » de John Lennon,  « I Can Only Be Me » de Stevie Wonder ou « Tennessee Waltz » de Pee Wee King/Redd Stewart, tandis que le troisième rassemble les derniers enregistrements en live, excepté deux titres réalisés en studio : « Hallelujah I Love Him So » de Ray Charles et « Yesterday » de John Lennon.   

Enfin, une compilation intitulée Wonderful World (2004) fait référence à la dernière chanson qu'elle interpréta lors de son ultime concert à Georgetown.

Trop modeste pour s'être essayée à la composition, Eva Cassidy laisse derrière elle de belles interprétations de standards de jazz, de blues, de folk ou de gospel. Plusieurs artistes lui rendront hommage, tels Katie Melua, en lui dédiant sa chanson « Faraway Voice », Chris de Burgh ou Mary Chapin Carpenter.